Yassine Bouachrine : Modélisation de l'impact des scandales sur l'opinion des électeurs : Différence entre versions

De Ensiwiki
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « <h1>Modélisation de la dynamique des opinions des électeurs</h1> <h2> Contexte </h2> En mai 2017 a été élu le nouveau président de la République Française. A cett... »)
 
Ligne 14 : Ligne 14 :
 
<h3> Analyse de données </h3>
 
<h3> Analyse de données </h3>
  
<h3> Modèle </h3>
+
L'analyse des données s'est faite en deux temps :
 +
<ul>
 +
<li>Etude des tendances sur les médias conventionnels via Google Trends</li>
 +
<li>Analyse et clustering des tweets ayant été publiés pendant l'election présidentielle</li>
 +
</ul>
 +
Les résultats de cette étape ont permis de dégager des insights intéressants sur l'impact des scandales à travers la réaction des médias au scandale de F. Fillon. On a remarqué que les votants avaient un certain seuil de tolérance aux scandales et que passé ce seuil ils se redistribuaient sur les candidats proches. On a également observé qu'une couverture médiatique étendue avait un impact limité: l'impact de scandales ultérieurs a une influence moindre.
 +
Dans le rapport, on détaille ces tendances mais aussi comment on a construit les représentation vectorielles des tweets pour le clustering.
  
 +
<h3> Modèle </h3>
  
 +
Le modèle est une version enrichie des modèles classiques de proximité. On a essayé d'inclure les scandales dans la simulation pour affecter le comportement des agents.
 +
[[Fichier:simulation_scandale.PNG|thumb|600px|Exemple de simulation à 3 candidats et 100 votants]]
 +
Les paramètres et les équations décrivant le modèle peuvent être trouvé dans le rapport.
 +
La simulation peut-être lancée directement sur un navigateur via le lien fourni plus bas. Les options disponibles sont:
 +
<ul>
 +
<li>Contrôler le nombre de votants et de candidats</li>
 +
<li>Définir les paramètres de simulation (appeasement delta, maximum openness, maximum tolerance)</li>
 +
<li>Générer un scandale avec un potentiel donné sur un candidat</>
 +
<li>Contrôler la vitesse de simulation</li>
 +
</ul>
 
<h3> Ressources </h3>
 
<h3> Ressources </h3>
 
<ul>
 
<ul>

Version du 21 mai 2019 à 14:30

Modélisation de la dynamique des opinions des électeurs

Contexte

En mai 2017 a été élu le nouveau président de la République Française. A cette occasion, des chercheurs du LIG ont conduit une experimentation, Voter Autrement, pour expérimenter d’autres méthodes de scrutin que le traditionnel scrutin majoritaire à deux tours. En 2018 un premier projet IRL a conduit à développer un modèle de l’évolution de l’opinion des électeurs en fonction des résultats des sondages. Les opinions des candidats et des électeurs étaient représentées sur un plan 2D, les ́électeurs supposés avoir un comportement rationnel. Plusieurs stratégies de sélection du candidat préféré ont été testées. En particulier, le rôle des sondages dans le choix des votants a été étudié.

Objectif

L'objectif de ce travail est double: étudier le rôle des scandales relayés par les médias sur l'opinion des électeurs dans un premier temps puis proposer un modèle tenant compte des observations réalisées.

Travail effectué

Analyse de données

L'analyse des données s'est faite en deux temps :

  • Etude des tendances sur les médias conventionnels via Google Trends
  • Analyse et clustering des tweets ayant été publiés pendant l'election présidentielle

Les résultats de cette étape ont permis de dégager des insights intéressants sur l'impact des scandales à travers la réaction des médias au scandale de F. Fillon. On a remarqué que les votants avaient un certain seuil de tolérance aux scandales et que passé ce seuil ils se redistribuaient sur les candidats proches. On a également observé qu'une couverture médiatique étendue avait un impact limité: l'impact de scandales ultérieurs a une influence moindre. Dans le rapport, on détaille ces tendances mais aussi comment on a construit les représentation vectorielles des tweets pour le clustering.

Modèle

Le modèle est une version enrichie des modèles classiques de proximité. On a essayé d'inclure les scandales dans la simulation pour affecter le comportement des agents.

Exemple de simulation à 3 candidats et 100 votants

Les paramètres et les équations décrivant le modèle peuvent être trouvé dans le rapport. La simulation peut-être lancée directement sur un navigateur via le lien fourni plus bas. Les options disponibles sont:

  • Contrôler le nombre de votants et de candidats
  • Définir les paramètres de simulation (appeasement delta, maximum openness, maximum tolerance)
  • Générer un scandale avec un potentiel donné sur un candidat</>
  • Contrôler la vitesse de simulation

Ressources

  • Rapport: lien
  • Lien de la simulation: (à venir)