Sport et Social

De Ensiwiki
Aller à : navigation, rechercher

But de notre recherche

Au départ, nous nous sommes intéressés à trois domaine : le social, le sport et l’art. C’était évidemment difficile de trouver des professionnels qui liaient ces trois aspects, et nous nous sommes surtout penché sur le côté sport et social. Interview d’un professionnel

Interview d'un professionnel

Présentation de Sarah Hauser

Pour notre interview, nous avons eu la chance de pouvoir prendre contact avec la sportive de haut niveau Sarah Hauser. Elle pratique notamment le windsurf, mais aussi de nombreux autres sports liés à l’océan, et est diplômée de l’ENSIMAG.

Interview

Est-ce que tu peux résumer en quelques lignes ton parcours professionnel ?

Après l’Ensimag, j’ai travaillé pendant 3 mois en tant que “Research assistant” à la SPC (Society of the Pacific Community). En parallèle j’ai été trouver des sponsors pour ma première saison sportive en 2013 en planche à voile et en Stand Up Paddle.

En 2014, j’ai été embauché en tant que programmeuse/chercheuse freelance pour une start up (Blue Tribe) qui alliait la technologie de motion tracking au surf pour analyser l’océan dans les zones côtières. J’ai fait ce boulot à mi-temps pendant 9 mois tout en continuant les compétitions sur l’International Windsurfing Tour.

En 2015 j’ai fait la rencontre d’un producteur/réalisateur. Ensemble, nous avons créé un film racontant mon histoire (Girl on Wave).

En 2017 le film est acheté par une compagnie de distribution et disponible à la vente sur de multiples plateformes (iTunes, Amazon, Sports Illustrated TV, Pluto TV…). En 2017 je signe mon premier contrat de sponsoring avec une compagnie de technologie (Callidus Cloud qui devient SAP Sales Cloud en 2018). Cette année là je collabore avec l’ONG Beyond the Surface International et crée le projet Women & Water au nord du Pérou. C’est un projet WASH (=Water Sanitation Hygiene) qui a aussi pour but d’émanciper les jeune femmes au travers du surf et des arts audiovisuels.

En 2019 je signe un contrat de sponsoring chez SAP, Women & Water continue et je me certifie en tant que “personal fitness trainer”.

En 2020 je fait une tentative de Guiness World Record de la plus grosse vague jamais surfée en Windsurf (on attend les résultats pour savoir si le record va être approuvé).


Comment t'es venue l'idée de faire le métier d'ingénieur ou suivre la formation de l'Ensimag ? Est-ce que tu étais déjà sportive à cette période ?

Les maths m’ont toujours plu et j’ai été attirée par la ville de Grenoble. C’est comme ça que j’ai choisi l’Ensimag. Avant la CPGE, j’étais très sportive, mais la discipline du windsurf que je pratique (dans les vagues) n’est pas reconnue au niveau gouvernemental et demande un emploi du temps très flexible.

Je n’ai donc pas pu pratiquer pendant mes études. Je me suis maintenu physiquement en faisant de la course à pied, de la natation, de l’escalade en salle et du snowboard à Grenoble.


Avais-tu envie de lier le sport avec le métier d'ingénieur ? Est-ce que tu arrives à combiner les deux ? Ou as-tu préféré mener une carrière sportive ?

J’ai essayé de combiner les deux en travaillant pour Blue Tribe. C’était génial parce qu’il fallait que je fasses des tests en mettant plein de capteurs sur ma planche de surf et que j’aille surfer. Puis de la mer je passais à Matlab. C’était super, mais comme dans beaucoup de startup, il y a énormément de travail et mon mi-temps devenait un temps plein et venait empiéter sur ma carrière sportive. J’ai fait le choix de me consacrer uniquement à ma carrière sportive.


Quand est-ce que tu as eu le "déclic” ?

Quand j’ai réalisé que mon patron n’avait pas de respect pour ma carrière sportive. Me dépasser dans mon sport, c’est ce qui me rend vivante, motivée, productive et je pensais pouvoir allier les deux. Peut être que si j’avais trouvé un boulot pour une boite qui n’était pas une startup ca aurait été possible, mais ça ne s’est pas passé comme ça.


Te considères-tu dans une situation atypique, ou est-ce que tu estimes que l’ingénierie en informatique et le sport peuvent être complémentaires ?

Je pense que faire une carrière dans le windsurf est atypique. Mais si on laisse le windsurf à part et qu’on parle de sports plus “mainstream”, je pense que de manière général il est très important de permettre aux passionnés de poursuivre une passion jusqu’au bout.

C’est ce qui permet aux gens de s’épanouir, et les gens épanouis travaillent bien. J’estime que c’est un état d’esprit qui n’est pas très populaire malheureusement.

Liens avec le thème

Comme dit précédemment, nous nous sommes essentiellement concentré sur le côté sport et social. Il se retrouve ici dans le quotidien que nous décrit Sarah Hauser. On retrouve le lien avec l’ingénierie, et notamment l’ingénierie informatique, dans ses premières expériences. Il existe même des entreprises spécialisées dans ce domaine là.

Pour ce qui est du côté social, Sarah Hauser lutte pour l’émancipation de la femme et également pour l’écologie, qui sont des valeurs importantes à ses yeux.

Autres pistes

Art

Nous avons également contacté M. Yves Rassendren, professeur et chercheur en musicologie. Il n’a malheureusement pas pu nous renseigner sur le sujet.

Il s’était également déroulé à Grenoble le salon Experimenta pendant le mois de février 2020. Il mettait en avant le lien Art et Science. Il s’y tenait plusieurs conférences ainsi que des spectacles et une exposition de dispositifs réalisés entre des artistes et des scientifiques. Cette exposition était surtout en lien avec l’Intelligence Artificielle.

Social

Il existe des associations regroupant des femmes ingénieurs pour être reconnues et limiter les inégalités. Il existe aussi des concours uniquement réservées aux femmes, et encadrées par des femmes ingénieures comme le challenge Ada Lovelace qui est un concours de programmation pour des lycéennes. Il a pour but d’ouvrir le monde de l’informatique aux jeunes filles.