FAQ

De Ensiwiki
Révision de 22 février 2011 à 09:30 par Moym (discussion | contributions) (lien vers FAQ bug busters)

Aller à : navigation, rechercher

Comme son nom l'indique, cette page a pour but de référencer les questions fréquemment posées par les nouveaux (et moins nouveaux) étudiants à l'Ensimag, concernant l'environnement de travail. Pour les questions concernant l'utilisation des ordinateurs portables, voir la page FAQ Bug Busters. L'idée est d'indexer les pages du Wiki d'une manière cohérente et facile à utiliser pour les visiteurs occasionnels.

  • Si vous avez une question (sans la réponse), n'hésitez pas à la poser dans la page de discussion (onglet discussion en haut de la page).
  • Si on vous a posé une question (à laquelle vous aviez réponse) et elle ne se trouve pas dans cette page, n'hésitez pas à l'ajouter à cette page, à un endroit approprié. Si vous ne savez pas où la placer, ajoutez-la à la section « questions non triées » et quelqu'un se chargera de l'insérer où il faut.
AttentionTous les exemples sont donnés pour l'utilisateur Bobby Bob, prénom Bobby, nom de famille Bob, nouvelle recrue en 1A. Son login est bobb, et il utilise le serveur telesun. N'oubliez pas de remplacer ses informations par les vôtres !


Sommaire

Le matériel, les serveurs, les TX et votre ordinateur personnel

Quels sont les différents serveurs ?

Chaque promo a son propre serveur :

  • 1A : telesun.imag.fr (telesun sur le réseau local)
  • 2A : ensibm.imag.fr (ensibm sur le réseau local)
  • 3A : ensisun.imag.fr (ensisun sur le réseau local)

Plus de détails : Architecture réseau Ensimag.

Y a-t-il des différences entre les TX ?

Virtuellement, pour le boulot, non, par contre, si vous voulez jouer à TX on Fire, il vous faudra une machine avec le serveur son installé. C'est au moins le cas des TX du premier étage.

Se connecter en Wifi depuis son ordinateur personnel

À l'intérieur de l'Ensimag, le Wifi est disponible mais il faut établir un tunnel VPN pour pouvoir pleinement l'utiliser (cela empêche que des personnes extérieures à l'établissement ne profitent de la connexion).

Tout est expliqué en détail dans : Se connecter en Wifi.

Travailler sur les serveurs de l'Ensimag depuis son ordinateur personnel sous un Unix (Linux, MacOSX, BSD, etc.)

Il faut pour cela utiliser SSH. Dans sa forme la plus basique :

$ ssh bobb@telesun.imag.fr

Pour avoir un accès graphique (sous Linux ou BSD) :

$ ssh -X bobb@telesun.imag.fr

Consultez la page Travailler à distance pour plus de détails (ou bien Trucs et astuces Unix intermédiaires#SSH pour quelques exemples).

Travailler sur les serveurs de l'Ensimag depuis son ordinateur personnel sous Windows

Il faut pour cela utiliser un client SSH, par exemple, Putty. Une fois installé et lancé, Putty présente une fenêtre de paramètres de connexion : entrez votre serveur et vos identifiants, sans toucher aux champs que vous ne comprenez pas. Une fois connecté, vous avez droit à une console Unix tout à fait ordinaire.

Un tutoriel détaillé est disponible : Putty.

Transférer des données depuis/vers sa clef USB

Une fois la clef branchée sur le TX, il faut utiliser les mtools, mdir, mcopy, etc. Par exemple :

$ mdir x:             # liste les fichiers sur la clef
$ mcopy x:foo.doc .   # copie foo.doc dans le dossier courant

Un tutoriel complet est disponible : Utiliser une clé USB sur un TX.

Voyez aussi #Transférer des données depuis/vers son ordinateur personnel sous un Unix (Linux, MacOSX, BSD, etc.).

Transférer des données depuis/vers son ordinateur personnel sous un Unix (Linux, MacOSX, BSD, etc.)

Le moyen le plus direct et le moins contraignant pour peu que votre machine personnelle dispose d'une connexion Internet est d'utiliser SSH, plus précisément scp ou sftp :

$ scp bobb@telesun.imag.fr:chemin/jusqu/au/fichier .
- ou -
$ sftp bobb@telesun.imag.fr     # ouvre une console sftp
sftp> cd chemin/jusqu/au/
sftp> get fichier

Pour d'assez gros fichiers, vous pourriez préférer la clef USB, mais pour que cela arrive, il faudrait que vous échangiez plusieurs centaines de mégaoctets, ce qui est sûr de ne pas plaire à notre administratrice à tous.

Bien d'autres outils et façons de faire sont disponibles et peuvent vous aider à être plus productifs : Travailler à distance

Parmi les moyens anti-productifs, citons tout de même le mail à soi-même.

Transférer des données depuis/vers son ordinateur personnel sous Windows

Si vous êtes sous Windows : Putty, le client SSH conseillé pour les étudiants sous Windows, dispose d'un client SFTP graphique normalement accessible à travers le menu Démarrer une fois Putty installé. L'interface ressemble à un explorateur de fichier classique, vous ne devriez pas vous y perdre.

Mail

Quelle est l'adresse du Webmail ?

Le webmail pour les étudiants se trouve à : https://webmail.ensimag.fr

Configurer son client pour récupérer les mails de sa boîte Ensimag

Les clients installés sur les serveurs élèves (Thunderbird) sont déjà configurés.

Si vous souhaitez configurer votre client pour accéder à votre boîte Ensimag depuis chez vous :

  • voyez la page Thunderbird pour un tutoriel détaillé pour ce client ;
  • dans tous les cas, les paramètres à fournir sont les suivants :
    • serveur IMAP : le serveur de votre promo (auquel vous vous connectez)
    • port : 993 (imaps)
    • login / mot de passe : vos identifiants Unix

Dans tous les cas, vous pouvez seulement lire le courrier présent (et le manipuler). Vous ne pouvez pas envoyer de mails depuis chez vous en passant directement par le serveur de l'Ensimag (pouvez toujours utiliser un tunnel SSH). Par contre, cela fonctionne bien depuis le Webmail.

Centraliser son courrier sur un autre compte

La seule solution complètement inoffensive est de configurer votre autre compte pour récupérer (par IMAP) vos mails à partir du serveur de l'Ensimag (voyez #Configurer son client pour récupérer les mails de sa boîte Ensimag).

Voyez Architecture réseau Ensimag#Centraliser vos mails sur un autre compte pour plus de détails et des méthodes plus risquées.

Documents et impression

Article détaillé sur l'impression : Tout pour imprimer à l'Ensimag.

Visionner un fichier PDF

Selon vos préférences et les logiciels installés sur la machine, utilisez xpdf, evince ou acroread (ou le programme natif sous GNOME ou KDE) :

$ evince fichier.pdf
- ou -
$ xpdf fichier.pdf
- ou -
$ acroread fichier.pdf

Visionner un fichier PostScript (.ps)

Il existe des programmes affichant le PostScript directement tels que gv (apparemment pas installé sur les serveurs), ggv (son équivalent pour GNOME) ou kghostview (la version KDE). Au pire, il reste ghostscript alias gs, mais plus que rudimentaire pour ce qui est de la visualisation de documents.

Sinon, il est toujours possible de convertir le fichier au format PDF afin de le lire avec un lecteur de PDF (voyez #Visionner un fichier PDF) avec ps2pdf :

$ ps2pdf fichier.ps

Ouvrir/visionner un fichier issu d'une suite bureautique telle que Microsoft Office (.doc, .xls, .ppt, .odt, etc.)

Ouvrez le simplement avec OpenOffice. Par exemple :

$ ooffice fichier.doc

Ouvrir un fichier de format quelconque

Plus généralement, si vous ne connaissez pas le nom du programme qui sert à visionner un type de fichier plus ou moins exotique ou que vous avez oublié le nom d'un logiciel, GNOME peut dans beaucoup de cas le deviner pour vous :

$ gnome-open fichier

gnome-open va analyser le type du fichier (que vous pouvez obtenir par la commande file) et l'ouvrir avec une application adaptée. C'est un peu l'équivalent du double clic dans nautilus ou autres.

Imprimer un document en ligne de commandes

Il faut utiliser la commande lp (ou lpr) :

$ lpr -P hpX chemin/au/fichier
- ou -
$ lp -d hpX chemin/au/fichier

Remplacez le X de hpX par le numéro de l'imprimante et chemin/au/fichier par le chemin jusqu'au fichier à imprimer.

lp supporte de base un certain nombre de formats, dont le PostScript (extension .ps) et (normalement) le PDF.

Imprimer un fichier PostScript (.ps)

Le plus simple est de le faire en console avec lp (voyez #Imprimer un document en ligne de commandes) :

$ lp -d hpX chemin/au/fichier.ps

PostScript est le format historique et par défaut (nativement compris des imprimantes) sous Unix.

Imprimer un fichier PDF

De la même manière que l'on imprime un fichier PostScript, on imprime aussi un fichier PDF avec lp :

$ lp -d hpX chemin/au/fichier.pdf

Si pour une raison quelconque, cela devait ne pas fonctionner, vous pouvez essayer de le convertir en PostScript d'abord, avec pdftops ou pdf2ps (ils n'utilisent pas le même moteur de rendu, donc le résultat peut varier ; si vous n'avez pas de chance avec l'un, essayez donc l'autre !) :

$ pdftops fichier.pdf          # produit fichier.ps
- ou -
$ pdf2ps fichier.pdf           # même chose

Alternativement, vous pouvez demander à votre lecteur de PDF (xpdf ou acroread) de vous l'imprimer. Il suffit de cliquer sur l'icône en bas de la fenêtre d'xpdf (représentant une imprimante) ou d'aller dans les menus d'acroread.

Imprimer un fichier issu d'une suite bureautique telle qu'Office (.doc, .xls, .ppt, .odt, etc.)

Ici, une seule solution : passer par OpenOffice ; ouvrez votre document avec OpenOffice, et imprimez le à partir du menu. Par exemple :

$ ooffice fichier.doc

Voir ses impressions en attente

Si vous voulez savoir si un fichier a bien été envoyé à l'imprimante ou s'il est encore dans la file d'attente :

$ lpstat

Notez bien l'identifiant (du genre hpX-N, où hpX est le nom de l'imprimante et N le numéro attribué à la tâche lancée), il peut vous servir à #Annuler une impression.

Annuler une impression

Cela se fait avec lprm ou cancel. Il vous faudra pour cela l'identifiant de la tâche que vous voulez annuler (voyez #Voir ses impressions en attente).

$ lprm -P hpX N
- ou -
$ cancel hpX-N

Voir les impressions en attente sur une imprimante

Pour voir les fichiers en attente sur une imprimante  :

$ lpq -PhpX

Notez bien que cette commande ne fournit que les impressions en attente du serveur sur lequel vous vous trouvez. Elle peut néanmoins donner une idée de l'état de charge d'une imprimante (si il y a 50 tâches en attente, c'est probablement qu'il n'y a plus de papier ou que l'imprimante ne fonctionne plus).

Vie à l'Ensimag

Savoir qui est connecté au serveur

La commande who (ou users, ou finger) donne cette information :

$ who

Savoir ce que font les gens sur le serveur

La commande w, similaire à who, donne également une approximation de l'activité des gens connectés :

$ w

À combiner avec grep pour savoir ce que fait une personne en particulier (ou simplement si elle est connectée) :

$ w | grep bobb

Localiser quelqu'un connecté au serveur

La commande whereis vous affiche un joli plan de la salle d'où se connecte une personne de votre choix :

$ whereis bobb

Envoyer un message à quelqu'un d'autre

Pour écrire dans la console de quelqu'un d'autre (littéralement), utilisez write :

$ write bobb
hey bob,
ça polarde bien ?
^D

Finissez votre saisie avec ^D (Ctrl+D).

Pour répondre à un tel message, il faut faire vous-même un write. Écrire à la suite du message reçu ne fonctionnera pas.

Ne pas recevoir de messages

Les messages envoyés avec write peuvent être interdits avec mesg :

$ mesg n

Pour les autoriser à nouveau :

$ mesg y

À noter que cette manipulation est locale à une console, ajoutez ce code à votre .bashrc (~/.bashrc) pour l'exécuter dans chaque nouvelle console.

Afficher quelque chose sur un autre TX (celui de quelqu'un d'autre)

Il faut affecter à la variable d'environnement DISPLAY le nom de l'écran voulu, qui est le nom du poste suivi de :0 (ou :1). Par exemple :

$ DISPLAY=txsun180:0 xterm
AttentionÀ effectuer à vos risques et périls... notez aussi que si la machine cible est occupée, l'utilisateur risque de ne pas apprécier. Faudra pas venir vous plaindre pour quelques genoux brisés...


Empêcher les autres utilisateurs d'afficher sur son TX

Ajoutez les commandes suivantes à votre fichier ~/.xsession :

xhost -
DISPLAY="${DISPLAY%%:*}:1" xhost -

Plus d'informations sur la page Se protéger contre les petits malins.

Quelque chose est cassé ?

La page Dépannage à l'Ensimag devrait vous aider.

Outils spécifiques

LaTeX

Article détaillé : LaTeX.

Produire un fichier PostScript (.ps)

Il faut utiliser dvips sur le fichier DVI produit :

$ latex fichier.tex                    # produit fichier.dvi
$ dvips -o fichier.ps fichier.dvi
Produire un fichier PDF

Au choix, utiliser pdflatex directement ou passer par dvipdf (ou dvipdfm) :

$ pdflatex fichier.tex
- ou -
$ dvipdfm -o fichier.pdf fichier.dvi

Il y a de subtiles différences entre les deux, voyez LaTeX#Vers PDF pour plus d'informations.

Visionner le fichier DVI produit par la commande latex

Vous pouvez utiliser xdvi :

$ xdvi fichier.dvi

Alternativement, vous pouvez convertir le fichier en PDF et lire celui-ci, ou utiliser directement pdflatex. Voyez alors #Visionner un fichier PDF.

Demander à xdvi de prendre en compte les modifications apportées au fichier DVI

Normalement, automatique, vous n'avez rien à faire.

Demander à xpdf de prendre en compte les modifications apportées au fichier PDF

Par le menu contextuel, Reload, ou en appuyant simplement sur R.

Produire une présentation (un « powerpoint ») avec LaTeX

Vous pouvez utiliser la classe de documents beamer. Remplacez votre ligne \documentclass habituelle par :

\documentclass{beamer}

Les sections dans un tel document ne sont pas prises en compte et il faut utiliser l'environnement frame et la commande frametitle (et éventuellement framesubtitle) pour créer des diapositives, comme ceci :

\begin{frame}
  \frametitle{Votre titre ici}
  Votre contenu, comme à l'ordinaire, ici.
\end{frame}

XXX : Il faudrait faire un article détaillé sur beamer et le mettre en lien ici. --Len 22 mai 2009 à 18:33 (UTC)

Emacs

Article détaillé : Emacs.

Que signifient les C- et M- dans les commandes Emacs ?

C-... signifie « maintenir Ctrl et appuyer sur ... ».

M-... signifie « maintenir Alt et appuyer sur ... ». Si la combinaison vous paraît trop difficile, vous pouvez remplacer la partie M- par un appui simple sur ESC suivi du reste de la combinaison. Par exemple, C-M-\ peut aussi être tapée ESC C-\, ce qui est déjà moins difficile.

Compiler son code Ada depuis Emacs

Pour compiler le fichier actuel (avec gnatmake), faites la combinaison C-c C-m. Pour compiler le dernier fichier compilé (pratique si vous modifiez un fichier secondaire, mais voulez continuer à compiler votre programme principal), faites C-c C-c.

Vim

Article détaillé : Vim.