Enseignement supérieur et recherche

De Ensiwiki
Aller à : navigation, rechercher

Les métiers de l'enseignement et de la recherche sont accessibles après un parcours ingénieurs grâce à de la volonté et une bonne connaissance des opportunités. Cette page vous donne des clés de réussite à travers l'exemple du domaine des mathématiques.

Parcours possibles

En interviewant des chercheurs de divers horizons dans le cadre du module d’accompagnement professionnel, nous avons constaté qu’il existe différents parcours pour accéder au métier de chercheur en mathématiques. La manière la plus classique en France est de passer par une classe préparatoire MPSI/MP puis d’entrer à l’ENS. Cependant, il existe divers parcours plus singuliers. Premièrement, si on n’intègre pas l’ENS, on peut devenir auditeur libre dans une ENS ou partir L3 de mathématiques. Il est alors possible d’entrer dans certaines ENS par un concours dédié aux étudiants de l’université. Deuxièmement, si on est étudiant à l’Ensimag, on peut poursuivre ses études après le diplôme ingénieur pour s’orienter vers la recherche. Si on veut travailler en mathématiques appliquées, on peut faire une thèse directement après le diplôme. Cependant, si on veut faire une thèse académique, il est conseillé de poursuivre en master de mathématiques théoriques. Finalement, à l’étranger ce métier est accessible suite à un parcours universitaire en mathématiques qui aboutit, comme en France, par un doctorat. Et après le doctorat ? Il est conseillé de faire un post-doc. La plupart des chercheurs interviewés ont décidé de compléter leur doctorat grâce à des post-doc à l’étranger. De nos jours la compétition pour les métiers de chercheur est intense, il faut donc mettre toutes ses chances de son côté. N’oubliez donc pas que vous pouvez vous former par vous-même dans votre temps libre pour compléter (et ne pas perdre) votre rigueur acquise en prépa ou en licence de mathématiques. Ce ne sont pas uniquement les capacités en mathématiques qui comptent, il faut aussi savoir être patient et garder son objectif en tête.

Compétences nécessaires

Tout d'abord , il est évident que pour s'orienter vers le métier d'enseignement il faut déjà aimer partager son savoir avec les autres , avoir une envie de le faire aimer aux autres. Il faut également aimé refléchir sur un thème et savoir remettre ses connaissances à jour. Il faut également faire preuve d'une grande pédagogie , savoir se mettre au niveau de son élève afin de lui expliquer de manière à ce qu'il comprenne , de réexpliquer ci besoin etc... En ce qui concerne la recherche , il faut aimer résoudre des problèmes par soit même , se poser devant une feuille blanche , et réfléchir. Cela demande beaucoup de patience , de percévérence et de rigueur. Ensuite il faut une bonne organisation , en effet ce métier demande beacoup de responsabilités , notamment pour répartir son emplois du temps en fonction des heures d'ensignement de de la recherche.Il faut aussi fournir des rapports des sujets de recherches régulièrement , donc savoir bien s'exprimer autant à l'oral qu'à l'écrit !Il faut également effectuer de lourdes taches administratives. Enfin , et surtout, il faut aimer ce que l'on fait , et aimer enrichir son savoir , vouloir toujours en comprendre et en apprendre d'avantages. Il faut donc être très polylavent , entre passioné , organisé, et inversti.

Quotidien des personnes rencontrées

Une journée type d’un enseignant chercheur est variable selon son statut, et selon sa volonté personnelle. De manière générale, un doctorant va consacrer tout son temps à la recherche et à son domaine de thèse, avec une soixantaine d’heures de cours par an. Un jeune maître de conférence verra son temps partagé à moitié entre enseignement et recherche, puis avec l’ancienneté, aura de plus en plus de responsabilité, et de moins en moins de temps de recherche. Les choses peuvent être différentes au sein du CNRS ou de l’INRIA, ou le temps d’enseignement est incité (par des primes notamment) mais non obligatoire.

Dans tous les cas, les responsabilités, ainsi que le nombre d’heure de cours peuvent être choisies par les personnes, et les chercheurs à qui nous avons parlé ont plusieurs approche différentes à ce sujet. Certains ont soulignés l’importance de l’enseignement, pour “se souvenir de la difficulté d’apprendre et de transmettre des idées”, ou bien pour être en contact avec des étudiants qui peuvent apporter de nouvelles idées, ou être de futur doctorant. D’autres au contraire, préfère limiter le temps d’enseignement au minimum, pour se concentrer uniquement sur leurs recherches.

Pour la partie recherche, certains chercheurs peuvent avoir des quotas d’articles qui dépendent du laboratoire ainsi que du domaine. Un chercheur est aussi considéré comme un expert de son domaine de thèse, et continue bien sûr à lire des articles pour rester à niveau, et se documenter sur d’autres sujets. Son travail peut ensuite être divisé en deux catégories. Il peut travailler sur un problème avec uniquement pour but de faire avancer les choses, de trouver de nouvelles caractéristiques ou propriétées, de développer un objet mathématique. Il peut aussi être sollicité par une personne extérieure, lui demandant de l’aide pour compléter un modèle théorique (qui peut être physique, biologique, économique, statistique..).

Avantages et inconvénients du métier

L’un des principaux avantages du métier d’enseignant chercheur est qu’il peut offrir beaucoup de libertés et de choix : Au niveau de la mobilité, il y a la possibilité de beaucoup voyager et de rencontrer de nombreuse personne à travers les différents partenariats entre laboratoire. La gestion de son emploi du temps en recherche est libre et l’on dispose d’une grande autonomie. Dans la mesure où le domaine de recherche nous passionne (ce qui est normalement le cas), le métier offre un grand épanouissement personnel Selon le domaine d’étude, trouver du travail peut être facile (maths appliquées ou informatique) L’enseignement aussi est gratifiant lorsqu’on aime partager son savoir et échanger avec des étudiants.

Bien sur le caractère avantageux ou non des points ci-dessus dépend de chacun mais il y a aussi des points négatifs qui mettent tout le monde d’accord : Le salaire, surtout en début de carrière est peu élevé. Le coté administratif, demande de financement ou quota de rapport à respecter, peut devenir très chronophage. L’enseignement aussi demande beaucoup de temps (préparation des cours ou correction des copies). Avec le temps, on fait de moins en moins de recherche et on a plus de responsabilités (lorsqu’on devient par exemple responsable d’une équipe) Si notre domaine de recherche et trop abstrait avec des applications moins évidente, trouver du travail peut être plus compliqué.